Accueil  /   Accompagnement - IAE  /   Orienter un candidat

Orienter un candidat

PROCEDURE DE CANDIDATURE

1/ Envoyer CV + fiche de prescription IAE à recrutements@ulisse38.com (réception des candidatures au fil de l'eau)

2/ Pré-selection des candidatures en fonction des besoins (25 maximum par mois)

3/ Information collective ULISSE (présentation du groupe, des droits & devoirs et des candidats + temps d'échange).

4/ Entretien individuel avec un CIP (évaluation des aptitudes et compétences, de l'autonomie et de l'intérêt filière).

5/ Mise en situation de travail et début de parcours.

IMPORTANT :

Une seule information collective par mois (la fréquence sera redéfinie selon les besoins)

Les candidatures restent valables 3 mois (au delà de ce délai il faudra réitérer votre prescription).

Recrutements ponctuels possibles (pour répondre à des besoins urgents).

DATE DES RECRUTEMENTS COLLECTIFS

MARDI 26 SEPTEMBRE

Date limite de réception des candidatures : Mardi 19 Septembre

MARDI 24 OCTOBRE

Date limite de réception des candidatures : Mardi 17 Octobre

REUSSIR SA PRECRIPTION IAE

Où trouver la fiche de prescription IAE ?

Ces fiches doivent être remplies par un professionnel de l'accompagnement à l'emploi et sont à demander auprès du Pôle emploi de votre secteur.

Qu'est ce qu'un agrément IAE ?

Il est formalisé par un document rempli par Pôle emploi et rédigé en trois originaux (destinés au bénéficiaire, à l'employeur et à Pôle emploi).
Cet agrément ouvre une période de 24 mois à compter de sa date d'ouverture (travaillée ou non). Au cours de cette période, il est valable pour tout nouveau contrat de travail conclu avec le même employeur. L'agrément peut aussi être transféré, pour la poursuite du parcours d'insertion, à un nouvel employeur du secteur de l'IAE qui en fera la demande à Pôle emploi. Certaines périodes, exceptionnelles,  peuvent ne pas être comptées afin de garantir une durée de 24 mois : arrêt pour longue maladie, congé maternité, incarcération, période d'essai auprès d'un employeur ne relevant pas de l'IAE, etc.
Pendant la durée de l'agrément et notamment lors de la période précédant la sortie du dispositif, les salariés font l'objet d'un suivi et d'un accompagnement renforcés : évaluations, ateliers de recherche d'emploi, bilan de compétences, etc...

Qui peut nous orienter des candidats ?

Sont habilités par la préfecture à réaliser en direct une orientation vers une structure IAE : Pôle Emploi / Les ALI (SAVE, Maisons pour l’emploi : MIPE, MIFE etc) / Le PLIE / Les Missions Locales / OHE PROMETHEE - CAP EMPLOI. A défaut les autres professionnels (partenaires non habilités) souhaitant orienter un candidat devront préalablement se rapprocher du réferent emploi de la personne auprés de l'une des structures citée ci-dessus.

Qui sont les candidats éligibles à l'IAE ?

Il s’agit, d’après le code du travail, de « personnes sans emploi, rencontrant des difficultés sociales et professionnelles particulières ». Différentes typologies de publics peuvent donc être concernées : les demandeurs d'emploi de longue durée, les bénéficiaires du revenu de solidarité active (RSA), les personnes prises en charge au titre de l'aide sociale, les jeunes de moins de moins de 26 ans en grande difficulté, etc... La loi de lutte contre les exclusions de 2008 impose que les publics éligibles soient identifiés par un agrément, délivré par Pôle Emploi.

L'insertion par l'activité économique (IAE) permet à des personnes sans emploi rencontrant des difficultés sociales et professionnelles particulières de bénéficier de contrats de travail et d'un accompagnement pour faciliter leur insertion sociale et professionnelle.

Les salariés en parcours d'insertion ne sont pas choisis à partir de critères purement administratifs. Ils sont recrutés sur la base de leur motivation, de leurs compétences et de leur projet d'insertion professionnelle.

Différentes typologies de publics peuvent être concernées : demandeurs d'emploi de longue durée, allocataires du revenu de solidarité active, personnes prise en charge au titre de l'aide sociale, jeunes de moins de 26 ans sans qualification... Ce qui les relie : le besoin d'être mis en confiance et d'être accompagnés dans leur démarche d'accès à l'emploi.

Définir des profils est complexe, néanmoins, en 2012, la Dares a mené une enquête auprès de personnes ayant été embauchées entre septembre et décembre 2010 dans une structure de l’insertion par l’activité économique (IAE) : entreprise d’insertion (EI), entreprise de travail temporaire d’insertion (ETTI), association intermédiaire (AI) ou atelier et chantier d’insertion (ACI).

Les personnes recrutées dans les structures de l’IAE sont un peu plus souvent des hommes, souvent peu qualifiés et bénéficiaires de minimas sociaux. 60 % d’entre elles ont connu auparavant soit une succession d’emplois temporaires, soit un ou plusieurs épisodes de chômage après une première phase d’emploi stable. Seules 16 % ont été principalement en emploi au cours de leur vie professionnelle antérieure. 42 % expliquent leurs difficultés d’accès à l’emploi principalement par l’absence de permis de conduire ou de véhicule ou d’un niveau de formation suffisant. Les salariés des ACI sont les plus éloignés de l’emploi, ils vivent plus souvent seuls et déclarent un état de santé plus fragile.

Début 2012, soit environ 18 mois après leur embauche dans une structure de l’IAE, 72 % des personnes interrogées ont quitté cette structure. Parmi elles, 40 % déclarent occuper un emploi, et 7 %, suivre une formation. Les salariés des AI et des ETTI déjà plus souvent en emploi que ceux des ACI et des EI, avant leur entrée dans la structure, le sont également après leur sortie.